Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

" L'esprit humain avance continuellement, mais toujours dans une spirale" - Goethe

Publié par coachingdeveloppement

Aurions-nous succombé à la tentation de Byzance ?

J'aurais vraiment préféré que ce soit une blague de 1er avril. Mais non ! Les événements récents m'ont rappelé un article d'Hervé Serieyx, le père du management du 3ème type, qu'on ne présente plus et dont les analyses sont souvent ... prophétiques.

La relecture de cet article m'a donné envie, certes avec un brin d'amertume, de partager la vision d'un grand professeur et d'un véritable entrepreneur, sans doute écouté dans les milieux économiques et les écoles de Management mais vraiment trop peu entendu...

L'horizon 2020 se rapproche. Nous avons perdu 10 ans.

La tentation de Byzance - par Hervé Serieyx - 2005

Quand on roule sa bosse à travers le monde et que l’on constate la généralisation planétaire du "tout marché", la financiarisation galopante du capitalisme et la percée triomphante - et apparemment irrésistible- de l’Inde dans le domaine des services informatiques et de la Chine dans celui des industries manufacturières, on ne peut qu’être émerveillé devant notre capacité gauloise à poursuivre des débats d’un autre temps sur les minuscules modifications qu’on envisagerait d’apporter au droit du travail ou sur l’éventuelle remise en cause des 35 heures. Ainsi discutaient gravement du sexe des anges les théologiens de Byzance alors que les turcs étaient aux portes de la "deuxième Rome".

Si elle refuse de régresser dans le classement des puissances qui comptent et veut défendre le niveau de vie -et donc l’emploi- de ses citoyens, la France de 2020 aura forcément connu de profondes mutations dans le champ politique, économique et social. Que seront devenus son degré d’intégration européenne, la place et le rôle de l’Etat, l’organisation administrative du territoire, le concept même d’entreprise, le syndicalisme, le contrat de travail, la notion de salariat ? Personne ne sait aujourd’hui comment tout cela se recomposera ; mais le bouleversement, lui, est inévitable tant les forces qui sont actuellement à l’œuvre dans la transformation du monde sont colossales. Ou bien nous saurons composer intelligemment avec elles pour permettre à notre pays de conserver et de développer ses chances ou bien, cramponnés aux bouées dérisoires d’un système conçu il y a plus de 50 ans pour des temps plus tranquilles -des statuts, des corps, des grades, des échelons, des avantages acquis, des rentes de situations… -, nous laisserons les tsunamis qui viennent, noyer d’abord les plus faibles pour ensuite engloutir toutes nos espérances.

Comme nous sommes un vieux pays qui a de la ressource, on peut sans trop de crainte pronostiquer qu’en 2020, la France aura réussi son saut qualitatif. Mais nul doute que les DRH d’alors - ou ceux qui assureront cette fonction telle qu’elle sera devenue- auront bien du mal à comprendre nos débats d’aujourd’hui, notre actuel nombrilisme franco-français, notre faible créativité organisationnelle et administrative, notre difficulté à sortir des cadres établis alors même que les puissants mouvements du monde nécessiteraient, pour en maîtriser les incidences nuisibles et en exploiter les dynamiques, de profondes remises en cause de nos façon de vivre ensemble .

Ceux qui pratiquent la voile savent que rien n’est pire que la pétole - l’absence de vent ; même le vent debout permet d’avancer en tirant des bords. Aussi faut-il systématiquement valoriser ceux qui innovent dans nos organisations publiques et privées même si telle ou telle innovation semble contestable ; c’est d’abord d’une culture d’innovation partagée par tous qu’ont besoin administrations et entreprise pour tirer profit des temps qui viennent ; et il faut bien sûr se défier de ceux qui succombent à la "tentation de Byzance".

Commenter cet article