Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

" L'esprit humain avance continuellement, mais toujours dans une spirale" - Goethe

Publié par coachingdeveloppement

"Quel type de coaching pratiquez-vous ?" me demande-t-on parfois. Celui dont le client a besoin au moment où il vient me solliciter !!! Et cela ne s'improvise pas ...

Surtout lorsqu'on coache des dirigeants de TPE et de PME, des entrepreneurs, des artisans, des créateurs, des développeurs, des managers à haut potentiel et autres personnalités fortement "atypiques" qui font avancer la vie économique "réelle", celle dont les médias ne parlent pas beaucoup.

Vous savez, ceux qui épuisent leur entourage parce qu'ils sont "plus tout", ceux qui ont toujours une longueur d'avance, qui ont une idée toutes les 5 minutes, qui découragent les consultants et les experts parce qu'ils n'ent font qu'à leur tête, qui stressent leurs équipes par leur sur-activité (plus qu'ils ne sont eux-mêmes réellement stressés... jusqu'au moment du "burn-out", parfois !) et qui ont souvent du mal à "lâcher l'entreprise" pour vivre AUSSI les autres domaines de leur VIE (familiale, sentimentale, sociale, personnelle) ou qui ont du mal aussi à "passer la main" lorsque le temps approche ...

Ceux-là gagnent énormément à "avoir leur coach" (comme tous les champions, me direz-vous, ils le méritent vraiment). Cependant, ils ne se satisferont pas de "modèles-types", de tel ou tel outil ou méthode plus ou moins bien digérés. Et comme ils ont raison. Les américains toujours pragmatiques parlent d'executive coaching.

Sachez que ces fortes têtes vous testeront du 1er coup ! Et ils se lassent vite. Alors il y a intérêt à tenir le cap.

1er repère : le cap, justement !

Le coach doit impérativement proposer un cadre de travail adapté à la demande du client. Le "cadrage en amont" est indispensable, pas question de se laisser embarquer. Ils sont très forts pour ça, surtout si c'est leur 1ère expérience de coaching et qu'ils n'y croient pas trop ou, pire, s'ils ont eu précedémment dans le cadre de leur évolution professionnelle, affaire à un coach qui avait le titre sans doute mais pas la consistance nécessaire (et pas toujours une vraie formation de coach professionnel, c'est fréquent, parce que le coaching est à la mode, dans les grandes entreprises, notamment). Alors, oui, choisissez bien votre coach, qui pourra intervenir à tous les niveaux nécessaires, aussi bien sur la partie visible de l'iceberg (coaching externe : comportements par exemple) que sur ce qui n'apparaitra pas au premier coup d'oeil (coaching interne : valeurs, identité, notamment).

2ème repère : le client

A chaque fois qu'un client viendra avec un nouvel objectif, il faudra trouver avec lui la "bonne manière" de répondre à son attente, et il y a autant de manière de coacher qu'il y a ... de nouvelle demande de la part d'un client ! La "façon de faire" ne dépend donc pas du coach mais du client = approche centrée sur la personne du client. Surtout avec des clients aussi atypiques qu'exigeants. Total respect et une bonne dose d'humilité s'imposent au coach. Ce n'est pas lui le champion, c'est son client !

Oui, bien sûr, chaque personne est différente, c'est une évidence ! Alors il faut une bonne formation et une solide expérience au coach pour proposer de façon professionnelle une approche chaque fois différente, en rappelant le cap choisi, pas pour s'y enfermer mais pour permettre au client se savoir où il en est et de rester maître de ses choix.

3ème reprère : le client reste au pilotage

Justement, si coach a le processus, les questions, c'est le client qui a les réponses. Et elles émergeront quand il faudra. Pour donner sa confiance, le client DOIT être "sûr" de la confiance de son coach en lui. La réponse ne viendra pas de l'extérieur, ou directement du coach. Le client reste "aux commandes" de sa structure, son organisation, son service, son équipe.

4ème repère : l'énergie, le carburant pour avancer

Qu'ils aient été habitués ou non à faire appel à des conseils extérieurs, consultants ou formateurs, ils savent très bien qui leur donne ou non de l'énergie pour avancer. Le coach qu'ils choisiront aura la carte des "stations" où il pourront se réapprovisionner en énergie !!! Car le coaching est un processus résolument créateur d'énergie. C'est la raison pour laquelle le client repart dynamisé et ... que le coach n'est pas épuisé à la fin de la séance (contrairement souvent au conseil ou à la formation). Très bon indicateur.

Pour ma part, après un premier entretien approfondi, je propose aux clients potentiels réticents qui n'ont encore jamais "goûté" au coaching une séance test, sans engagement, au cours de laquelle ils pourront expérimenter un 1er outil qui va dans le sens de leur demande. On fait le point après le débreafing de la séance. S'ils ont "accroché", nous pouvons alors signer un contrat selon leur attente (minimum 3 séances).

S'ils ne sont pas prêts, ils auront eu une approche concrète de ce que le coaching peut leur apporter. Et le jour où ils sentiront la nécessité d'accélerer un processus ou de faire un choix éclairé, ils sauront comment choisir leur coach.

Alors qui est tenté ??? Appelez-moi, on en parle : 06.80.47.82.97.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article