Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

" L'esprit humain avance continuellement, mais toujours dans une spirale" - Goethe

Souvent cette question se pose à chacun avant de faire le premier pas !

Le "bouche à oreilles" fonctionne bien dans ce métier encore un peu confidentiel mais est-ce suffisant ? On voit vraiment de tout dans ce métier et les plus visibles sur le net ou les plus sûrs d'eux ne sont pas forcément les meilleurs, ni les plus adaptés à votre besoin. L'important c'est que leurs propositions vous correspondent.

Quels sont alors les critères essentiels pour faire un choix éclairé ?

Comment s'y retrouver dans le mic-mac de définitions plus ou moins claires ?

Je vous propose 2 pistes, à croiser AVANT même d'examiner la question de votre budget !

Choisir en fonction du type de coaching que l'on demande, et selon le niveau d'intervention souhaité : 

 

Les Typologies de coaching :

Selon le type de demande et le ou les bénéficiaire(s) de celle-ci, votre coach saura vous aiguiller sur le type de coaching concerné et sur les outils appropriés.

3 axes possibles pour le coaching : 

- coaching de développement personnel et des transitions personnelles et professionnelles, pouvant intervenir sur un ou plusieurs des niveaux suivants :

> niveaux du "faire" : environnement, comportements, capacités,

> niveaux de "l'être" : convictions (croyances et valeurs), identité, mission et/ou appartenance

- coaching de performance : concerne tous les individus et les équipes qui veulent améliorer leurs performances individuelles et/ou collectives, y compris les sportifs & compétiteurs, bien sûr, cible initiale...

- coaching stratégique : prises de décisions, choix décisifs, changements impactants, modélisation des stratégies de succès

  4 grands types de bénéficiaires en entreprise :

- coaching de décideurs (executive coaching) : pour les dirigeants, les top-managers, les entrepreneurs (créateurs/repreneurs) et les indépendants

- coaching des managers, cadres et commerciaux : souvent axé sur les prises de poste, l'amélioration des capacités managériales ou des performances (les siennes et/ou celles de son équipe)

- coaching des équipes (niveaux des comportements et des capacités, à ne pas confondre avec la cohésion d'équipes ou Team Building, qui intervient au niveau des valeurs et croyances de l'équipe)

- coaching d'organisations (corporate coaching), ou d'entreprises (business coaching) ou de PME (small business coaching)

 

Les principaux « niveaux » de coaching

1.   Coaching de base, ou de 1er niveau, centré sur la spécialité du coach ou sur un type d’activité que le coach lui-même maîtrise bien, avant même sa formation de coach = qui va s’appuyer sur l’expérience antérieure du coach dans tel ou tel domaine qu'il connait bien (c’est l’origine).

Ex. : enseignant reconverti en coach scolaire, ancien commercial qui va proposer du coaching commercial, ancien sportif qui va coacher des sportifs dans sa propre discipline ou des disciplines connexes, thérapeute qui veut aider ses clients à passer à l'action après la phase de "réparation" , consultant qui va proposer du coaching dans le domaine de conseil qu’il connait bien…

C’est aussi une "porte d'entrée" qui permet à un coach de se faire connaître. Ces coachs, lorsqu'ils sont vraiment des professionnels expérimentés, proposent parfois des formations teintées d’outils de coaching.

Ce n’est pas à négliger ni à mépriser même si ce n’est pas forcément un passage obligé !

C'est le niveau de coaching le plus médiatisé actuellement puisqu'il est centré sur la personnalité du coach ...

 NB : ATTENTION, certaines écoles forment uniquement à ce niveau-là et vous affirmeront qu’on ne peut pas coacher dans un domaine qu’on ne connait pas (sous-entendu si on n’en sait pas plus que le client dans son domaine !). Ex. : coacher un manager si on n’a jamais managé soi-même …

C’est forcément juste pour un coach débutant ou un coach formé ... au « niveau 1 » ! Vous le reconnaîtrez à des tarifs moyens compris entre 50 et 80€ TTC de l'heure.

Dans ce cas, il vaut sans doute mieux rester dans le domaine connu du coach. Mais il ne faut pas confondre le développement d’activité du coach dans son domaine connu au départ et la capacité du coach à se « décentrer » pour aborder des coachings complexes qui ne relèveraient pas de son niveau. L'éthique du coach le conduira à vous aiguiller sur un confrère.

 

2.    Coaching intermédiaire centré sur une ou des méthodes = qui intéresse une catégorie de clients (particuliers ou non) ou de professions spécifiques que le coach connait, ou bien encore (surtout lorsqu’on intervient en entreprise) de coachings qui font appel à des outils spécialisés auquel le coach a été formé, qu’il maîtrise et qui seront mis en avant durant le coaching. Rien ne l’empêche cependant d’utiliser AVANT le coaching, ces outils qui peuvent effectivement faciliter ou accélérer le diagnostic de la situation présente !!! C'est une porte d'accès efficace à de très bon coachings. Cela correspond au niveau PCC d'ICFF ou T2 du syndicat des métiers du coaching qui nécessite outre une formation sérieuse, une pratique déjà importante de +1000h et au moins 50 clients différents, ainsi que des "prescripteurs" partenaires.

 NB : Certaines écoles, très sérieuses au demeurant, forment sur ce seul créneau qui est très prisé notamment par les entreprises françaises très « cartésiennes »… Il y a aussi beaucoup de consultants à ce niveau et de coachs « médiatiques » qui mettent en avant leur propre méthode. On rencontre des tarifs entre 80 et 200€ TTC de l'heure, parfois beaucoup plus pour des coachs très connus mais qui interviendront toujours à ce niveau-là.

Vérifiez bien alors si vous préférez suivre le processus proposé par le coach selon sa propre approche (cela peut être très important pour vous rassurer) ou bien si vous avez besoin de quelque chose de différent, cadré, bien sûr, mais plus centré sur VOUS et vos propres modes de fonctionnement. Explorez bien ce point lors du 1er entretien.

 Même si aucune école sérieuse de formation de coachs professionnels n'est aujourd'hui "mono-outils", certaines sont très imprégnées d'un modèle que les coachs qui n'auront pas encore suffisamment d'expérience auront tendance à imposer à leur client.

Attention aussi à ne pas confondre outils de diagnostic ou de clarification de la situation présentée et méthodologie de coaching pratiquée. L'amalgame est souvent facile tant les entreprises sont friandes de "modèles à digestion rapide"...

 

3.    Coaching de haut niveau, centré sur le client et sur la présence totale du coach dans « l’espace-temps » et l'objectif spécifique du client, durant chaque séance.

C’est du sur-mesure qui met en avant le client (c'est lui le champion, expert dans SON domaine à lui) et non le coach lui-même, son rythme ou ses méthodes.

Les coachings complexes (de personnalités atypiques, de décideurs, de transitions professionnelles à fort enjeu, de binômes, d'organisations, de comités de direction ...) nécessitent cette approche particulière et ce niveau de maîtrise du métier. Cela permet aussi des coachings plus pointus et souvent d'aileurs, plus courts en temps et durée.

Ce niveau est très apprécié car vite amorti, en cas de contrat tripartite avec une entreprise qui « commande » du coaching pour un salarié. Cette approche est cependant parfois difficile à maintenir notamment si le coach n’a pas encore suffisamment d’indépendance et de notoriété pour avoir la liberté de recadrer la "pression" possible des commanditaires, de dire NON ou STOP !

Il faut en effet être soi-même bien « aligné » sur son approche et ce que l’on propose aux clients et ne plus avoir besoin de se prouver ou de prouver aux autres ses capacités. L'efficacité du coaching parle d'elle-même et le coach saura présenter des témoignages.

Ce niveau équivaut aux niveaux de « maîtrise » à laquelle prépare la certification Master Coach ICI que j'ai obtenue et correspond à ce qu’indiquent plusieurs fédérations qui proposent de « certifier » le niveau des coachs adhérents (MCC pour l’ICFF – M1 pour le syndicat des métiers du coaching…). Les tarifs des coachs seront très variables (de 200 à plus de 750€ TTC de l'heure, tout comme un bon avocat d'affaire en fait !) en fonction de leur expérience et de leur notoriété et parce qu'il faut d'abord être validé dans les niveaux précédents par une pratique soutenue (minimum 2500h et 100 clients selon l'ICF...).

NB : Très peu d’écoles - même ailleurs qu'en France - forment à ce niveau, directement, d’entrée de jeu. Il faut s'orienter vers une formation par étapes, assez longue mais qui permettra vraiment "d'en vivre". Consultez le parcours proposé par l'Institut Maïeutis : www.maieutis.eu.

 

Plus d'infos directement auprès d'Hélène Jacquot au : 04.79.72.54.47

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :